Abonnez-vous aux alertes de Buchelay par SMS !

Abonnez-vous au service d’alerte par SMS de Buchelay !

Depuis bientôt trois ans, la mairie de Buchelay communique ses informations urgentes par SMS. Ce service gratuit, sur inscription est accessible depuis la page d’accueil de ce site : à la rubrique En 1 clic, sélectionnez Buchelay par SMS. Vous pouvez aussi cliquer le bouton Buchelay SMS dans le pavé situé juste en-dessous !

Dans le formulaire à compléter, choisissez les thèmes des SMS de la Mairie de Buchelay que vous souhaitez recevoir, notamment les rubriques Enfance, Actualité, Infos flash, par exemple. Un SMS de confirmation vous transmet aussitôt vos identifiants. Ils vous permettent de modifier vos options ultérieurement.

Les infos de Buchelay, c’est aussi sur les réseaux sociaux : #buchelay

Soirée déguisée Halloween

Halloween Party, samedi 31 octobre 2015, à 20h30, Centre des arts et loisirs.
L’association A chacun son cirque propose une soirée déguisée avec DJ, , samedi 31 octobre, à partir de 20h30, au Centre des arts et loisirs. Une exposition de peinture Mahiou Peintre est également organisée.
Entrée : 5 €. Bar et soupe à l’oignon sur place.

L’actualité de Buchelay en octobre

La bibliothèque aux esprits

Le rendez-vous annuel des fantômes, sorcières et aitres Conte Dracula a fait bibliothèque comble, samedi 31 octobre. Les sorcières conteuses d’histoire avaient manifestement envouté les Buchelois pour les faire venir déguisés en si grand nombre - avec plusieurs adultes parmi eux - et écouter leurs terrifiantes histoires.
Des histoires suivies d’un goûter et d’un défilé dans les rues. Bref, un samedi épouvantable.

  • _MG_1837
  • _MG_1841
  • _MG_1849
  • _MG_1859
  • _MG_1870
  • _MG_1854
  • _MG_1862
  • _MG_1857
  • _MG_1864
  • _MG_1873

Enfants, adolescents : quelle place pour les écrans ?

Conférence dans le cadre du Contrat social de territoire Buchelay-Magnanville, jeudi 19 novembre, 20h, au Colombier, à Magnanville.

Des rencontres thématiques autour de l’éducation des enfants et adolescents sont régulièrement proposées aux parents Buchelois et Magnanvillois, dans le cadre du Contrat Social de Territoire, mis en place en avril 2013, qui lie les deux communes et le Conseil départemental des Yvelines.

Cette fois, les deux communes proposent une conférence-débat autour de l’utilisation des écrans : tablettes, smartphones, consoles et ordinateur individuel ont envahi les espaces familiaux. L’utilisation quotidienne de ces nouveaux écrans interactifs développe une anxiété pour grand nombre des parents. Nouvel enjeu d’autorité, projection des angoisses sur la nébuleuse toile internet, rapport quasi addictif aux mobiles chez les ados…

Cette conférence-débat, animée par le psychologue Michaël Stora (lire-ci-dessous) fondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, sera l’occasion de décortiquer les maux engendrés et de mieux comprendre les plaisirs ressentis par les jeunes générations.

Conférence, jeudi 19 novembre, 20h, au Colombier, à Magnanville. Entrée libre et gratuite. Renseignements : mairie de Magnanville, 01 30 92 87 27 ; mairie de Buchelay, 01 30 98 10 87.

Mise à jour mercredi 28 octobre 2015


La culpabilité, notre pire ennemie

Michaël Stora

Le psychologue Michaël Stora, qui animera la conférence débat sur la place des écrans multimédias dans le quotidien des jeunes, se veut rassurant à l’égard de leurs parents. Il les incite toutefois à assurer leur rôle. Entretien.

Le Petit Mensuel de Buchelay : Quel est le problème entre les enfants et les écrans ?

Michaël Stora : Il ne s’agit pas tant des enfants et des écrans que des parents dans leur manière de gérer les écrans : avec les jeux vidéos, ils sont face à un nouvel enjeu d’autorité. Quand les enfants sont devant une série télé, les parents savent que le programme commence à telle heure et se termine à telle heure. Ils peuvent dire à l’enfant : A la fin, tu prends ton bain, par exemple. Avec un jeu vidéo, c’est différent. On ne sait pas forcément quand il va se terminer. Certains parents sont peut-être amnésiques, étonnamment ils ne saisissent pas toujours ce qui se passe et disent Quand je lui enlève sa console, il pète les plombs.

La télévision, qui semble de moins en moins regardée au profit de l’ordinateur, a déjà envahi le quotidien des enfants il y a plusieurs dizaines d’années. Qu’est-ce que les autres écrans ont changé, selon vous ?

J’appelle la télévision les écrans interpassifs : beaucoup d’enfants disent, en effet, je me repose devant la télé. Ils l’envisagent donc comme un espace de détente.
A l’inverse, les écrans interactifs nous permettent de jouer avec les images, de les désacraliser. Ce qui a donc complètement changé, c’est ce rapport, un peu sacré, du téléspectateur vis-à-vis de l’image télé. L’ado, lui, branche sa console sur la télé, il s’amuse avec les images. D’une certaine manière, il redevient acteur des images. Cette nouvelle génération, qui est née avec les jeux vidéo, a une relation à l’image plus intelligente comparativement à celle de la génération précédente.
Selon un sondage de Médiamétrie, 90 % des parents de plus de 40 ans pensent que tout ce qui est dit au journal de 20 heures est vrai. La jeune génération a un rapport à l’information, à la vérité - celle de l’image - nettement plus relative. D’ailleurs, beaucoup d’ados font du montage, du mixage, des petits films. Bref, ils sont metteurs en scène. Le fossé générationnel dans ce rapport à l’image est étonnant.

Convoitise

En 2015, il est très difficile pour un adulte de vivre et de travailler sans écran. Que peuvent faire les enfants face à cet exemple, ce modèle quotidien ?

Vous avez raison de pointer cet aspect : ces adultes, qui sont aussi des parents, sont beaucoup plus consommateurs que leurs propres enfants, qui, eux, sont à l’école toute la journée. La dérive, c’est lorsque les parents diabolisent l’écran et en font un objet de convoitise, comme c’est le cas avec le téléphone portable. Ce sont les parents qui offrent ensuite un smartphone à leur enfant, parfois dès le CM1 ou le CM2…ce qui est trop tôt. Aujourd’hui, presque tous les enfants de 6e possèdent un portable. Même dans les familles où il y a peu d’argent, les parents offrent un portable…ou plutôt un fil à la patte. Le portable c’est une surveillance qui rassure les parents. Avec les services de géolocalisation, ils disent ainsi à leur enfant : Tu es autonome parce que je sais où tu es
Mais un portable dès le CM1, c’est quand-même adultifier l’enfant.

Faut-il se sentir coupable de mettre son enfant devant un écran pour une garantie de tranquillité ?

Il y a deux dérives : utiliser la télévision comme nurse cathodique, c’est excessif. Mais je me bats aussi contre mes collègues psy qui culpabilisent les parents sur cette question. Quand on est une maman seule, parfois déprimée, cela fait du bien de laisser ses enfants devant la télé un moment pour avoir un instant à soi. Maintenant, laisser trop longtemps son enfant devant une tablette ou un jeu, qu’est ce qui est violent dans cette situation ?

Au-delà des conséquences médicales sur les yeux eux-mêmes, que risque un jeune enfant ou un adolescent à passer trop d’heures devant un écran ? Que risque-t-il de plus qu’un autre qui passe ses journées plongé dans les livres ?

Il y a une différence. Dans un livre, je suis avec moi-même et l’auteur. Parfois, j’oublie l’auteur. Alors que l’écran est une forme de sociabilisation partielle : dans les jeux en ligne, le chat sur Facebook, il y a des tentatives de communication partielle. Là où il existe un point commun - et c’est là où j’exprime mon inquiétude - c’est sur la problématique de l’addiction. J’ai vu des cas très lourds en consultation. Je reçois même des trentenaires maintenant. Cela révèle un problème plus profond, plus complexe, c’est la dépression. Elle est normale à l’adolescence. Mais on observe des adolescents qui vont au-delà de cette crise. L’addiction est une lutte anti-dépressive.

Au fond, quel est le rôle des parents dans ce débat ?

Etre parent c’est assurer un rôle, effectivement. Dans l’idéal, et ironiquement, ce rôle consiste à accepter de passer pour un vieux c…
Les limites que l’on pose à son enfant, à partir de l’âge de 2 ou 3 ans, le frustrent. Ça devient difficile mais il faut tenir le coup. Ce sont ces limites que l’enfant va intégrer et lui permettre ensuite de se sentir libre. C’est un peu ingrat, c’est vrai.
Il y a trente ou quarante ans, les parents n’allaient pas forcément mieux, mais ils étaient moins attentifs au bien-être de leurs enfants. Il y a trop de culpabilité chez les parents d’aujourd’hui. Elle est notre pire ennemie.

Mise à jour vendredi 30 octobre 2015

Vivre et travailler à Buchelay : les métiers et outils d’autrefois

Des outils des professions d’antan exercées à Buchelay, c’est, en résumé, le thème de l’exposition proposée par Signe et Image qui se déroule du 3 au 28 octobre, à la salle polyvalente.

Exposition du 3 au 28 octobre au Centre des arts et loisirs 14 route de Mantes à Buchelay.
Elle dévoile les activités quotidiennes de la commune, entre le 18e siècle et le début du 20e siècle.

Les visiteurs y redécouvriront ces outils oubliés qui ont transformé la matière, rythmé la société et façonné notre histoire.

Les métiers agricoles seront notamment présentés, du labour à la moisson, la culture et la transformation du chanvre, l’élevage et le lait, de même que les métiers de la vigne, du fer, du bois. Une partie vie quotidienne détaillera le foyer de l’époque, les ustensiles de cuisine, les métiers domestiques féminins, etc.

Trouvez les objets mystères !

Deux objets insolites sont d’ailleurs dissimulés parmi les saynètes de l’exposition. Saurez-vous les retrouver ? Des cadeaux offerts par les commerces partenaires du jeu sont à remporter.

A noter : chaque dimanche, de 15h à17h, une démonstration de cordonnerie est proposée au public : François Jardé, artisan cordonnier, y livre les secrets du métier, ses outils, sa technique traditionnelle et le montage des chaussures.

Les collectionneurs de l’Association de sauvegarde des outils des métiers sont également présents pour répondre aux questions.

Exposition, du 3 au 28 octobre, au Centre des arts et loisirs, 14, route de Mantes, à Buchelay, tous les jours de 14h à 18h. Groupes sur rendez-vous.

Renseignements et réservation : 01 30 92 59 20 -

  • ok_MG_1017
  • ok_MG_1018
  • ok_MG_1020
  • ok_MG_1022
  • ok_MG_1023
  • ok_MG_1026
  • ok_MG_1027
  • ok_MG_1032
  • ok_MG_1028
  • ok_MG_1031

3 questions à…

Claire Debras présidente de Signe et Image.

Claire Debras, présidente de l’association Signe et Image.

Quelle est l’origine de cette exposition ?

Elle est née d’une rencontre avec quatre collectionneurs, et de l’Association de sauvegarde des outils des métiers anciens, venus à faire de la restauration d’outils au musée de Wy-dit-joli-village. Ils sont venus plusieurs fois, nous avons beaucoup discuté. Dans le même temps, Signe et Image travaillait sur un nouveau thème d’exposition. Nous avons donc réuni les forces des deux associations. C’est aussi le prolongement du travail réalisé précédemment sur le terrier de Buchelay et les travaux de recherche sur les métiers de l’époque par Monique Dargery sur lesquels nous nous sommes appuyés pour composer l’exposition.

4 cordonniers pour 380 habitants… en 1836

Sa préparation aura duré combien de temps ?

Nous y travaillons depuis avril dernier, à temps complet car il a fallu voir les collectionneurs, les objets qu’ils possèdent - leur maison est d’ailleurs souvent un véritable musée ! - et faire des choix, bien sûr. Nous avons donc réuni 500 objets parmi quatre collections. Il nous a fallu aussi faire des recherches complémentaires, pour le métier de cordonnier, par exemple. Buchelay en comptait quatre, en 1836, pour 380 habitants. Il y avait du travail pour chacun : il faut avoir en tête que les chaussures de l’époque étaient entièrement faites de cuir, la semelle aussi. Lorsqu’ils fabriquaient des chaussures, ils le faisaient pour une famille entière. Et ils les réparaient aussi, naturellement.

Par quoi avez-vous été surprise en préparant l’exposition ?

Par l’importance de la culture du chanvre à l’époque dont nous parlons. Je pensais que les champs étaient principalement recouverts de blé et de maïs. Comme dans les environs de Bonnières-sur-Seine, qui était une terre à filasse, la culture du chanvre représentait une partie de l’économie locale. D’ailleurs, j’ai aussi été agréablement surprise par le nombre de familles bucheloises qui nous ont contactés pour nous prêter des brocs à chanvre.

Mise à jour jeudi 8 octobre 2015

Buchelay voit octobre en rose

Comme chaque année, la campagne de mobilisation pour le dépistage du cancer du sein revient en ce début d’automne.

Cette fois, Buchelay et d’autres communes de l’agglomération soutiendront cette opération internationale, relayée par l’association La note rose, présidée par Pascale Watrin.

La marche rose ©LaNoteRose

Pour l’occasion, la municipalité s’habillera symboliquement - et très bientôt - de rose. La mission a été confiée aux services techniques de la commune qui préparent une petite surprise sur la façon dont va se traduire ce soutien.

La note rose propose trois rendez-vous au CAC Georges-Brassens, à Mantes-la-Jolie dans la première quinzaine d’octobre : une marche de 5 km, au départ du CAC, samedi 10 octobre, à 10h.

La participation est de 5 € par personne. Les bénéfices seront reversés aux femmes touchées par le cancer du sein pour les aider à financer le reste à charge.
Mardi 13 octobre, 19h, une conférence sera animée par le docteur Coscas, cancérologue, sur le thème quelle stratégie thérapeutique dans le traitement du cancer du sein ?. L’entrée y est libre.

Un concert est également prévu jeudi 15, à 21h. Enfin, l’association Jours, semis et entre deux proposera un atelier textile éphémère les 8 et 9 octobre, respectivement à 17h et 10h, et enrubannera les arbres du Cac de rubans rose de 8x50cm apportés par les participants.
Pour plus d’infos : lanoterose78.fr -
07 86 95 79 14.


Des rubans roses partout dans la commune

Buchelay se mobilise pour le dépistage du cancer du sein

Les entrées de la commune de Buchelay, route de Mantes, rue René-Renault, rue Pasteur et Chemin des Meuniers, sont chacune ornées d’un ruban rose, réalisé par les services techniques de la commune, depuis lundi 19 octobre. Un ruban rose est également apparu sur la façade de la Plaine des sports mardi 20 octobre… Superbe vu de nuit.

Mise à jour mardi 20 octobre 2015

Guide des Activités 2015-2016

  • Téléchargez le guide d’activités de Buchelay 2015-2016
Les cours suivants complètent ceux indiqués dans le guide :
  • Hacro gym : lundi 18h-19h, plaine des sports.
  • Gym danse adultes : mercredi 18h-19h, plaine des sports.
  • Danse modern jazz pré-ados 11 - 12 ans : mercredi 17h-18h, plaine des sports.

Foire aux jouets & puériculture

La Foire aux jouets et puériculture de Buchelay a lieu samedi 21 novembre au Centre des arts et loi

Les inscriptions pour la foire aux jouets et puériculture du samedi 21 novembre, sont ouvertes jusqu’au vendredi 13 novembre.
Renseignements : 01 30 92 59 15, les lundi, mardi, jeudi et vendredi, 8h30-12h / 13h30-17h.

Déchets ménagers

Téléchargez le calendrier de collecte 2015 de Buchelay !
Téléchargez le calendrier 2015 des collectes des déchets à Buchelay